Quoi de neuf ?

   > Jardin cooperatif
   > Offres d'emploi
   > Vente de plantons
   > Newsletter
 
 
Notre Panier de légumes
 
Informations diverses
 
Légumes &co - Le shop
 
Commandez vos plantons
 
Légumes & recettes
 
Contact
 

 

 

Nos newsletter hebdomadaires


 

Newsletter du 2023-04-27

 
  Bonjour à tous

Cahin, caha, l’arrivée du printemps suit son cours. Ce matin, les champs étaient encore givrés, mais lorsque le soleil n’est pas masqué par des nuages, il retrouve indéniablement une certaine force.

Nous récoltons radis, raves de printemps, premières colraves et beaucoup de salades. Hélas, certaines ont été touchées par des pucerons qui sentent eux aussi le printemps et débarquent en masse. Leurs ennemis jurés, les coccinelles, commencent aussi à sortir timidement, mais peinent encore à contrôler l’invasion. La tendance devrait s’inverser d’ici peu.
Toutes nos excuses si quelques pucerons se sont invités dans votre cabas. Mais il suffit de laver les feuilles, ils partent assez facilement.

Parlons un peu des pucerons: On a beau ne pas spécialement les aimer, il faut reconnaître que leur adaptation au milieu et leur cycle de reproduction sont remarquables. Voici à titre d'exemple, la petite histoire de Marie 1234ème du nom:
Nous sommes le 25 avril, Marie a éclos de son oeuf il y a une dizaine de  jours. Elle a 99 soeurs, mais aucun frère. Sa mère avait pondu des oeufs l'automne dernier avant de quitter ce bas monde, n'étant pas adaptée au climat hivernal. A défaut de guidance parentale, elle a laissé à sa descendance une génétique optimisée pour la colonisation de notre potager.

Tout comme une homonyme un peu plus ancienne, Marie a accompli ce qui serait un miracle pour notre espèce: elle a déjà donné naissance à une abondante progéniture et cela en respectant une abstinence parfaite (de toute façon, il n'y a pas un puceron mâle à la 1000 km à la ronde). Ses descendant(e)s sont tout(e)s de sexe féminin. Soit dit en passant, définir "puceron" comme masculin dans la langue française dénote d’un certain manque de logique (mais s’il n’y avait que cela...).

La gente puceronne suit donc un modèle matriarcal qui se passe presque totalement de mâles: ainsi, chez les pucerons, pas de blagues à deux balles sur le sexe opposé, on ne perd pas son temps a draguer, on n'offre pas de fleurs - on les mange soi-même. Je ne saurais dire si l’adultère n’existe pas , mais l’homophobie ne fait certainement pas partie de leurs préoccupations.
Leur vie semble simple avec deux objectifs majeurs: manger et se reproduire. Sans mâles, cela s'appelle la parthénogenèse.

La plupart des pucerons vivent et meurent à l'endroit ou elles sont nées.. cela peut paraître bien triste, mais d'un autre côté cela est pratique pour nous car là ou il n'y avait pas de pucerons en automne, il n'y en aura pas au printemps... sauf qu'après quelques générations (qui rappelons le se suivent à 2-3 semaines seulement) , certains jeunes pucerons (femelles),  comme par magie, vont se voir pousser des ailes. Pas au sens figuratif: de vraies ailes qui leur permettront d'aller voir ailleurs si elles y sont.. et accessoirement y fonder de nouvelles colonies.

Durant tout le printemps et l'été, une femelle donne donc naissance à d'autres femelles qui donnent naissance à d'autre femelles, qui elles... J'abrège: il peut y avoir jusqu'à 12 générations par saison.
En automne, subitement une partie de jeunes pucerons naîtront mâles. Les mauvaises langues diront que cela annonce le début de la fin...de la saison. Dès lors, des amours éphémères engendrent une nouvelle forme de reproduction, via des oeufs. Ceux-ci seront capables de survivre aux rigueurs de l'hiver afin de perpétrer la race dès le printemps suivant....

Ce cycle de reproduction redoutable permettrait théoriquement à un individu d'en engendrer plus de 10 milliards en une seule année (si on estime le poids d'un puceron à 1mg, cela donnerait tout de même encore 10 tonnes ! ). Heureusement, les pucerons ont beaucoup, beaucoup d'ennemis comme les larves de coccinelles.. et chez nous il y a beaucoup de coccinelles. le seul hic c'est que les pucerons commencent leur développement à des températures un peu plus basses que les coccinelles, ce qui leur laisse une petite avance...

Enfin, s'il y a de temps à autre un puceron ou deux sur un légume, j'espère que vous ne nous en tiendrez pas rigueur. Nous vous laissons le soin de décider de son sort...

<br><br>