Quoi de neuf ?

   > Jardin cooperatif
   > Offres d'emploi
   > Vente de plantons
   > Newsletter
 
 
Notre Panier de légumes
 
Informations diverses
 
Légumes &co - Le shop
 
Commandez vos plantons
 
Légumes & recettes
 
Contact
 

 

 

Nos newsletter hebdomadaires


 

Newsletter du 2023-10-05

 
  Bonjour à tous

Depuis peu, le nouvelles primes d'assurance maladie sont connues, on parle de la prochaine augmentation du coût de l'énergie, le prix de l'eau a doublé dans notre commune, les syndicats réclament des hausses de salaires pour faire face à toutes ces augmentations...
Dans le climat politico-économique qui oscille entre anxiogène et l'immobilisme, on est tout de même nombreux à se demander "Mais comment on va s'en sortir ?" . Si seulement on pouvait planter des arbres à billets dans les champs !
Fut-ce autrefois possible ? Je pense à l'oseille... qui de l'oeuf et de la poule ? qui a donné le nom à l'autre et quel est le lien entre la plante (pourtant excellente) classée aujourd'hui parmi les légumes oubliés et le terme familier connu de tous pour désigner des espèces sonnantes et trébuchantes plus convoitées que jamais ?
J'ai cherché une explication étymologique logique, mais le lien reste obscur. Notez que si nous pouvions porter cette oseille à la banque afin qu'elle soit créditée sur notre compte, nous en serions fort heureux. Mais sur le fond, quand on y réfléchit bien, ce n'est point impossible, mais, comme tout dans notre bas monde, administrativement parlant, juste un peu plus compliqué.

Si l'arbre à billets ne pousse pas sur un sol agricole.. à force de patience et de temps, nous pouvons y cultiver des légumes, des céréales, etc, Comme le temps est de l'argent, les légumes ne sont au fond rien d'autre qu'une graine, un peu d'eau, de soleil et le fruit de l’investissement de notre temps. Temps qui peut ensuite être converti en salaire... pour autant qu'il trouve acheteur puisque, tout comme à la bourse, l'offre et de la demande font force de loi (et la demande pour le bio affiche une tendance à la baisse). Le parallèle est d’autant plus vrai que certains produits agricoles sont réellement cotés en bourse (ce que je trouver réellement inadmissible, mais peut-être que mon avis n'est pas réellement utile..).
Malheureusement le cours du temps n'est pas le même pour tous. A ce jeu, il vaut mieux être occidental et banquier qu’ouvrier et né sur le continent africain, sous peine de voir le taux de conversion s’altérer de quelque 10'000%, pire, selon le cours de la bourse de certains produits agricoles, ne plus avoir les moyens d'en acheter pour nourrir sa famille.. et là on se sent subitement un peu ridicule nos problèmes d'augmentation de coûts de la santé alors que nous avons des assurances maladies et accès à des soins d’exception (ou du moins exceptionnellement chers..).

Une question reste en suspens (parmi des milliers d’autres) : pourquoi l’agriculture s’en tire aussi mal  alors que c’est le secteur qui produit le bien le plus essentiel à notre société ?

Mis à part ca, il fait beau et doux pour la saison. Nous n’avons pas avancé sur la résolution des problèmes du monde, mais les légumes poussent et à défaut de pouvoir prédire de quoi demain sera fait, je peux, ci-dessous lever le voile sur le contenu présumé du panier de légumes de demain. (on fait ce qu’on peut..)


<br><br>