Quoi de neuf ?

   > Jardin cooperatif
   > Offres d'emploi
   > Vente de plantons
   > Newsletter
 
 
Notre Panier de légumes
 
Informations diverses
 
Légumes &co - Le shop
 
Commandez vos plantons
 
Légumes & recettes
 
Contact
 

 

 

Nos newsletter hebdomadaires


 

Newsletter du 2023-10-26

 
  Bonjour à tous

Entre l’arrivée du froid et de la pluie, les chances que les légumes d’été s’en remettent fondent comme Antarctique en 2023. Les derniers plants de tomates ont ainsi rejoint le cimetière des saveurs des saisons passées (= le compost qui enrichira le sol les saisons suivantes).. et on peut dire que c’est littéralement la fin des haricots.

Mais pourquoi donc est-ce que le haricot devient soudain un symbole de nos besoins primaires, à tel point que son manque signifie la fin de tout ?
Tout d’abord, il y a lieu de préciser que cette expression ne parle pas du haricot vert et tendre, disponible durant la belle saison (ou le reste de l’année importé du Kenya…) mais du haricot sec, les flageolets que nos aïeux écossaient durant les longues soirées d’hiver. Tombé quelque peu en désuétude dans notre cuisine occidentale, les haricots secs constituaient autrefois une base alimentaire peu onéreuse, facile à conserver toute l’année et de surcroît fort nourrissante, riches en protéines, en minéraux et en vitamines… et tant pis pour les quelques flatulences occasionnées au passage.

Ainsi les haricots secs représentaient l’essentiel des rations lors d’expéditions en bateau. Certains produits plus frais étaient bien sûr aussi embarqués mais consommés plus rapidement de sorte qu’au bout d’un moment, ne restaient que les haricots. Alors quand ceux-ci s’approchaient, eux aussi, de la fin, il y avait tout lieu de s’inquiéter.
De même la quantité des haricots secs servis dans les pensionnats et autre hospices étaient un indicateur inversement proportionnel au bien être matériel (vu que les haricots secs était ce qu’il y avait de moins cher). Le fait de ne plus pouvoir s’offrir d’autres aliments étaient déjà un signe austérité, mais quand même les haricots commençaient à manquer c’est qu’on était définitivement dans la dèche…

La bonne nouvelle c’est qu’il n’en est rien ici et maintenant. La fin des haricots (verts) annonce simplement la saison des courges (plus de 12 variétés vous attendent), des panais (qui donnent des veloutés tellement crémeux…) ou des poireaux (symbole phallique dont nous aurons certainement l’occasion de reparler).

Mis à part ca, comme on peut le constater, les haricots secs étaient associés à une certaine pauvreté et par opposition le fait de s’en passer à un signe de richesse.

Il serait aujourd’hui temps de faire table rase du passé et redécouvrir la multitude de variétés de haricots secs qui ne demandent qu’à s’inviter d’avantage à nos tables. Leur culture (possible chez nous aussi) devrait être encouragée car elle est bénéfique tant pour le sol qu’ils enrichissent naturellement en azote (principal fertilisant ajouté dans nos systèmes de culture) que pour ceux qui les consomment. Ils contiennent quasi autant de protéines que bien des viandes et il suffirait de prendre exemple sur la cuisine d’Amérique latine (p.ex) pour leur accorder à nouveau une place plus importante dans nos assiettes. De toute façon : avec notre nouvelle vie sociale connectée, sur internet personne ne vous entendra péter...<br><br>