Newsletter du 10.06.2021

 
  Bonjour à tous

Maintenant que le beau temps est de retour, il semblerait que notre ferme soit entré dans le top 10 des destinations les plus prisées des inspecteurs en tous genres. Contrôle du service de l'emploi, contrôle bio, contrôle SRPA (=sorties régulières en plain air (pour les animaux)), contrôle ECA, contrôle des installation électriques.. il ne manque que les impôts... il est vrai qu'en juin, la ferme a un côté de petit paradis et ceci serait d'autant plus vrai si la pile de paperasse à remplir était plus petite.
Dans les champs, les cultures sont cette fois en mode « rattrapage ». Bien que les plants de brocoli soient restés petits, ils nous promettent de jolies têtes dès la semaine prochaine. Les pois sont couverts de fleurs et les premières récoltes ne devraient pas tarder. Les haricots qu'on espérait précoces mettent timidement des fleurs – ici la patience reste de mise et l'abondance en haricots ne sera certainement atteinte que lorsque ceux à rames commenceront à produire (fin juillet). Les salades ont profité de la dernière pluie et l'ail commence aussi à former des têtes - ail frais en vue ! D'ailleurs, on se demandait d'ailleurs si des amateurs de pâte d'ail frais seraient tentés par un petit atelier do-it-yourself un WE - nous avons testé avec succès diverses versions avec origan, basilic, aneth, piment, gingembre ou citronnelle, etc.. mais tout le monde n'étant pas fan d'ail ces version ne se retrouveront pas dans les paniers..

Notez que si le cultures ont un peu de retard, la germination du millet et les premiers pucerons sont eux aussi en retard, et là on ne s'en plaint pas... mais là aussi, la saison nous rattrape, par endroit on croirait avoir semé du gazon... Le challenge « plantations de mi-mai » est derrière nous, et dans l'ensemble, je crois qu'on peut être plutôt fiers du résultat. Voici donc un autre niveau du jeu du maraichage «attaque de millet 2021 ». Notez qu'il ne s'agit pas du millet que nous consommons parfois, mais d'une variété sauvage (mais elle ne mord pas) - dont on pourrait sans doute aussi consommer les graines à condition d'avoir la patience de les récolter. Et le millet, comme toutes les autres graminées a tout de même un effet inhibiteur assez net sur la majeure partie des légumes, raison pour laquelle on le traque - biodiversité ou non - avec peu de pitié.

Enfin, votre panier contient cette semaine un pot de basilic (on aurait bien aimé mettre aussi quelques tomates avec mais on y est clairement pas encore et nos partenaires non plus... mais bientôt..). Coupez les tiges régulièrement au dessus des premières feuilles, sans laisser fleurir le plant et, a condition de le placer à un endroit chaud avec suffisamment de lumière et de maintenir la terre humide, il produira du basilic jusqu'en automne.

<br><br>