Newsletter du 07.04.2022

 
  Bonjour à tous

La vague de froid semble derrière nous. Jerome avait bien recouvert tout ce qui était sensible avec un voile de protection et pour l'instant aucun problème particulier n'est à constater. Même les arbres en fleur ne semblent pas avoir été affectés outre-mesure. L'optimisme reste donc de mise pour la suite de la saison 2022.
Avec l'arrivée du printemps vient en général aussi le contrôle BioInspecta. De fait, pour avoir le droit d'apposer le logo BioSuisse sur nos produits ou documents, il faut montrer patte blanche.. ce qui passe par un contrôle annuel de l'exploitation. Évidemment le contrôle ne porte que sur ce qui est facilement contrôlable, soit la partie non comestible (et parfois même franchement indigeste à mon goût) constituée de justificatifs comptables, journaux de sortie des animaux, journal des semences, journal des traitements phytosanitaires, journal des engrais , bilan d'azote, inscriptions acorda, plan de culture, conventions sociales, check-up biodiversité, registre des produits transformés - groupés par lots et traçables... Bref on n'est pas très loin de la situation où chaque produit qui se trouve dans les paniers a son équivalent numérique dans un registre informatisé...
Bien que nous comprenons la raison d'être de ces contrôles, je ne peux que rester un peu mitigée par rapport à l'application pratique tout en devant reconnaître que je n'aurais pas de vraie alternative à proposer puisque la confiance est malheureusement une notion très surfaite à l'ère du greenwashing, du marketing humanitaire où la bonne conscience est devenue un produit commercial comme un autre.

Avec le foisonnement des labels en tous genres, difficile de savoir à quel Saint se vouer. Même si nous avons opté pour l'affiliation à celui de BioSuisse, je dois reconnaître que les contrôles seraient potentiellement assez facile à duper d'autant plus que visuellement rien ne distingue une salade bio d'une salade traitée. La présence de pucerons ou autres imperfections pourrait certes constituer un indice, mais, même en bio, on préfère les salades qui en sont exempts (et nous nous excusons pour ceux qui pourraient s'y trouver cette semaine)... Gageons que si leur présence serait perçue comme sigle de qualité, on développerait des solutions pour que le conventionnel ne soit pas en reste. Donc au final, cela nous ramène malgré tout au bon vieux système de la confiance. Et à ce titre, je tiens à vous remercier de nous avoir accordé la nôtre. Bien sûr, toute personne qui le désire est bienvenue à la ferme pour s'en faire sa propre idée.

Enfin, la bonne nouvelle est que le contrôle vient de se terminer avec la mention « aucune anomalie constatée », la gommette du bon élève, quoi et nous pouvons en revenir à nos paniers de la semaine qui sont déjà en bonne voie. Mercredi soir, en principe tous les légumes sont récoltés, ce qui devait être pesé est en sachets. Demain, y a plus ka...<br><br>