Newsletter du 05.05.2022

 
  Bonjour à tous

La météo continue à nous offrir des conditions idéales pour le travail en extérieur qui progresse plutôt bien. La salades et fenouils grandissent à vue d'oeil, les pois ont bien levés, panais et carottes sortent aussi les premières feuilles (il y a du désherbage en vue..). La rhubarbe est exceptionnellement prolifique ce printemps, les brocolis hivernants ont tendance à fleurir, mais d'autres brocolis et choux fleurs se développement à merveille (les altises sont pour l'heure occupées avec le colza voisin), les colraves sont superbes, les oignons de printemps et l'ail nouveau se portent bien , la récolte des premiers commence.. idem pour les petites raves de printemps qui se trouveront soit dans ce panier, soit dans le prochain. Les fraises sont surveillées de particulièrement près, les premières ne tarderont pas à rougir.
Travailler au bureau en revanche est un peu frustrant en ce moment... en l’occurrence, je pense qu'on devrait planifier la pluie systématiquement en fin/début de mois ce qui permettrait aux paiements et la compta de rester plus facilement à jour... Nos scientifiques ne pourraient-ils pas plancher un peu sur ce problème ? Enfin dès qu'ils auront fini de perdre leur énergie à essayer d'alerter la population avec des rapports dont nos gouvernements ne veulent de toute évidence pas, alors qu'ils pourraient mettre ce temps à contribution pour trouver des solution technologiques efficaces afin de convertir la pollution en combustible et joindre ainsi l'utile à l'agréable...
Parceque, sur le fond : on se plaint d'un excédent de CO2.. on a de l'H2O plein nos océans, on aimerait plus de C8H18 (=octane , soit un composant du pétrole) et plus de O2.
Il n'y a qu'à récupérer les C et H des deux premiers pour fabriquer des hydrocarbures, on recombine les O restants en O2 , voire un peu de O3 (ozone) qu'on pourrait envoyer dans la stratosphère pour boucher les trous, et le tour est joué.
A l'heure où nos informaticiens pensent arriver à recréer un cerveau artificiel numérique, que branlent donc les chimistes de notre planète pour ne pas arriver à résoudre cette équation que de simples plantes maîtrisent depuis la nuit des temps ?

Plaisanterie mis à part, nous sommes bien contents que le monde végétal garde l'avantage sur cet aspect de la biochimie, ce qui nous en rend (heureusement) dépendants (malheureusement, il semble y avoir un certain déni latent concernant ce fait). Je ne suis pas prête à troquer notre environnement contre une vie virtuelle dans le Meta, ni le contenu de mon assiette contre quelques pilules ou autre substituts aussi optimisés, voire bon marché qu'ils soient.
Vous non plus, je suppose...
... je vous laisse le soin de poursuivre la médiation sur la valeur accordée à l'authenticité vs imitation.. ou non.. et propose de passer à un sujet plus terre à terre : le contenu du prochain panier.

La salade reste, comme d'habitude, omniprésente. Nous nous excusons pour l'éventuelle redondance des poireaux, mais on va sur la fin de la saison... Les lignes directrices européennes sur le standard des légumes ont décidé qu'un poireau ne devait avoir ni tige, ni bourgeon – je n'ai trouvé aucune raison d'être censée pour cela (pas plus que pour la courbure maximale tolérable concombre d'ailleurs - ..encore un peu de patience, ils arriveront bientôt )). A cette saison, certains poireaux commencent donc à développer un bourgeon terminant une tige centrale plus ou moins épaisse. A moins qu'elle ne devienne filandreuse (ca se sent quand on la coupe, mais n'affecte rarement plus que quelques cm à la base du poireau), cette tige et son bourgeon sont excellents.
La ciboulette tend, elle aussi, à fleurir, les bourgeons et fleurs sont parfaitement comestibles (et du plus bel effet sur une salade ou une sauce au yogourt), les bases des tiges en revanche sont souvent un peu dures (à enlever dans ce cas), nous avons donc mis des bouquets un peu plus conséquents.

On commence aussi avec fenouils et raves de printemps... comme chaque année, nous laissons les fanes, elles ne sont pas vraiment comptées dans le prix mais peuvent parfaitement être valorisés en cuisine. <br><br>