Newsletter du 09.06.2022

 
  Bonjour à tous

Quand on ne sait pas quoi dire.. eh bien on a tendance à parler de la pluie et du beau temps. Deux éléments qui, au delà de de leur capacité à meubler une conversation qui manque d'intérêt,
sont le fondement même de notre subsistance à tous. De fait, même si nous vivons dans des maisons bien abritées, avec chauffage ou climatisation selon les besoins et envies du moment et que le beau temps est une drogue populaire qui nous maintient le moral au même titre que le taux de vitamine D, sans pluie, resp. sans équilibre entre les deux, notre vie ne tiendrait qu'à un fil (et encore..).

Après un mois de mai chaud et sec, les climato-sceptiques peuvent reprendre du service en ce début de juin. Pour ce qui est de nos/vos légumes, il faut reconnaître que la pluie des jours passés a fait le plus grand bien sans pour autant anéantir l'avance prise sur le calendrier de production: les brocolis, chou-fleur, courgettes arrivent ! Tous en même temps (l'un des trois dans ce panier, la suite au prochain épisode..) Les solanacées, soient tomates, aubergines, poivrons, tomatillos ont sorti les premières fleurs (mais l'attente peut encore être - ou du moins sembler – longue). Le reste suit son cours.
Enfin la pluie lance le défi de ce début juin : gérer les adventices qui étaient dans les starting blocks et viennent de démarrer toutes en même temps. Heureusement que l'équipe s'est aussi étoffée et va pouvoir tourner à plein régime avec 3-5 personnes dans les champs. Pour l'instant, tant qu'il pleuvine et que les sols restent humides, l'avantage est aux mauvaises herbes... mais dès que le soleil sera de retour on va relever les manches et passer à l'offensive armés de binettes, couteaux et un moral boosté par le beau temps. Si quelqu'un parmi vous s'ennuie, tout renfort sera bienvenu !

Enfin sur le front du mauvais temps, on doit signaler quelque grêlons égarés parmi un orage dimanche.. Les dégâts sont minimes, mais il se peut que vos épinards, côtes de bettes ou salades présentent quelques trous sur les feuilles. Trous qui ne devraient en rien influencer le goût. Évidemment les fraises ont aussi été touchées... Sur le principe, rien ne se crée, rien ne se perd, celles touchées par la grêle ont été converties en coulis qui se mariera à merveille avec une glace vanille (selon les météorologues, le WE sera chaud !)<br><br>