Newsletter du 29.10.2020

 
  Bonjour à tous


Autre semaine grise où l'on se demande pourquoi on a pas mis plus de tunnels maraîchers ?
Plastique ou pas plastique ? C'est une grande question.
Je jusqu'auboutisme du local et du bio devrait en principe nous inciter à y renoncer... mais d'un autre côté (vous visualisez le petit ange nature qui discute avec le petit diable pétrolier?) il faut reconnaître qu'en échange la vente d'une finalement petite partie de notre âme, nous pouvons aménager des espaces protégés, où nous pouvons faire la pluie et le beau temps (enfin presque :, pour accéder à la totalité de cette tout-puissance, il faudrait du chauffage et de la lumière et donc condamner une plus grande partie de notre âme..notez que c'est une pratique existante, voir courante par endroits..). Enfin la maîtrise de la pluie, elle, est acquise : nous pouvons même la faire jaillir du sol directement sans mouiller les feuilles: pas besoin d'incantations, de danse de la pluie, ou de sacrifier un agneau.. il suffit de tourner le robinet ! N'est-ce pas grisant ?!

Concrètement, quels sont les avantages de la culture sous plastique ?
Alors que l'un des défis de notre siècle est de limiter l'effet de serre planétaire, les tunnel en plastique, eux, servent exactement au contraire (un fond de schizophrénie a du s’infiltrer dans nos gênes..). Lors d'une journée ensoleillée en hiver, même si les températures extérieurs avoisinent le 0 degrés, les températures peuvent y grimper jusqu'à 25 °C !! Enfin, ne nous réjouissons pas trop vite non plus : pas d'isolation= pas d’inertie thermique. La nuit il fera tout aussi froid qu'à l'extérieur et rien n'est à l'abri du gel.
Donc si on n'est pas à l'abri du froid, que peut-on cultiver ? Contrairement à ce qu'on qu'on croit, étonnement beaucoup de plantes supportent des gels même rigoureux tant que c'est dans un environnement pas trop humide – et là, on en revient donc à l'importance de choisir le moment de l'arrosage indépendamment de toute volonté céleste.

Presque toutes les variété de salades (laitues) peuvent supporter des gels « secs » - largement mieux que des températures juste basses mais humides. Certains jours, les feuilles sont gelées et leur aspect flétri pourrait faire croire à une situation désespérée, mais dès que les températures repassent en positif, elles reprennent vie. La croissance est certes lente, mais cela nous permettra malgré tout de fournir les paniers en salade à tondre colorée durant tout l'hiver (laitue rouge, laitue blonde, laitue brune, lollo, roquette, épinard, pourpier d'hiver, scarole, etc.. ) supportent le gel (mais sont sensibles à différentes maladies fongiques susceptible de les affecter en hiver.. donc pas de garantie non plus).

Parmi les autres plantes qui supportent, voire aiment, le climat hivernal sous abri, il y a toutes sortes de légumes feuilles, majoritairement considérés comme étant d'origine japonaise: Mizuna, Komatsuna, moutardes japonaises rouges et vertes, tatsoï, pak choï mais aussi le chou russe (à mi chemin entre le chou plume et la Mizuna), la bette à tondre, les côtes de bettes (pas de production en hiver, mais elles survivent et donneront une récolte précoce en avril) et persil. Cette année on essaie de laisser la citronelle et un petit test de poivre de Szichuan est également en place (qui sait..)

Alors voilà...dès vendredi, les plants de tomates céderont la place aux variétés sus-mentionnées, l'hiver peut arriver.
<br><br>