Newsletter du 04.02.2021

 
  Bonjour à tous

L'hiver continue à se dérouler sur le thème d'une météo déprimante. Les sols regorgent d'eau, la recrachent pas tous les pores, faisant remonter les particules argileuses en surface, ce qui rend les sols gras, pâteux et glissants.
Bref, le temps passe et il fait un temps à désherber sous le tunnels...Vous aurez sans doute déjà noté qu'une des curiosités du français est d'utiliser des termes identiques pour désigner des concepts différents. Parfois ils s'écrivent différemment mais se prononcent de la même manière : on connaît tous l'histoire du ver vert qui ne va pas vers plus de logique, ou l'inverse, comme fils et fils. Le mauvais temps désigne une météo pluvieuse alors que du bon temps désigne un moment agréable. Il semblerait que la même confusion règne en italien et en espagnol. L'allemand et l'anglais ont eux, été moins économes en mots et ont clairement différencié ces deux concepts (Wetter & Zeit / Weather & Time). Pourquoi ?
Je me rends compte qu'à l'âge des « pourquoi ? » c'est une des nombreuses questions que j'ai oublié de poser à mes parents... En général, question étymologie, il faut remonter au grec ou au latin. La recherche « météo, temps, grec » sur google nous mène tout droit aux prévisions pour les prochaines vacances en Grèce... et puis pour les Grecs le temps est lié à Chronos. C'est donc du côté du latin qu'il faut chercher. Il semblerait en effet qu'entre le 2ème et le 1er siècle avant JC le terme latin tempestas a évolué pour désigner non seulement la température mais aussi la tempête (là, la racine est claire (vous aurez noté la redondance du là, la, là.. n'est-ce pas mélodieux? (sauf que ici, on s'est dit que là et la se ressemblent trop, donc pour éviter les confusions, on a décidé de rajouter un ` à a. Après tout, pourquoi pas ?)). Revenons au temps des romains : le temps qui passe est désigné par le terme tempus... avec le temps une certaine confusion s'est installée et n'a visiblement choqué personne. Temps pis.

En français, on dit que le temps s'écoule. Comme un liquide... mais on ne peut pas le mettre en bouteille. Imaginez si on le pouvait ! On pourrait en mettre de côté quand il passe trop lentement pour le ressortir quand il nous manque. On pourrait en offrir ou en faire le commerce... La bourse nous donnerait le cours du temps.
Mais si on pousse le raisonnement encore un poil plus loin, on s’aperçoit que ce qu'il faut pour faire pousser des légumes c'est une petite graine, du beau temps, un peu de mauvais temps et beaucoup de temps.. tout cela se trouvera donc sous forme multicolore et vitaminée dans votre prochain panier.


<br><br>